Élever des adolescents en santé: parlons d’intimidation, de santé sexuelle et plus encore!

Ce n’est pas facile d’élever un adolescent dans le monde d’aujourd’hui. Durant l’adolescence, le corps et l’esprit de votre enfant se modifient rapidement. Parallèlement, ce dernier cherche à forger sa propre identité et son indépendance, dans un contexte de nouvelles contraintes. En plus de l’éternelle tentation de se rebeller, les adolescents doivent maintenant composer avec les pressions de l’intimidation, de la santé sexuelle et des médias sociaux, dans un univers en ligne.

En tant que parent, il est important de dialoguer ouvertement avec votre adolescent pour le guider dans cette étape difficile de la vie – même s’il peut être d’humeur changeante, soumis à des modifications hormonales et s’exprime principalement en roulant des yeux!

Les infirmières praticiennes de Wello ont préparé une liste de problèmes courants auxquels les adolescents sont confrontés et proposent quelques conseils pour aider les parents à discuter de santé à l’adolescence avec leurs enfants.

1) Se soucier de la santé mentale

Selon la Commission de la santé mentale du Canada, 1,2 million d’enfants et d’adolescents canadiens sont aux prises avec un problème de santé mentale tel que l’anxiété ou la dépression. Pourtant, moins de 20 pour cent d’entre eux recevront les traitements appropriés.

Comme parent, ce n’est pas toujours facile de distinguer les sautes d’humeur normalement liées à l’adolescence de problèmes plus sérieux, comme la dépression.

Voici quelques signes avant-coureurs à surveiller chez l’adolescent, en termes de santé mentale:

  • Moins de plaisir à passer du temps en famille et avec les amis
  • Baisse marquée du rendement scolaire
  • Absentéisme scolaire
  • Problèmes de mémoire, d’attention et de concentration
  • Modifications du degré d’énergie, des habitudes alimentaires et du sommeil
  • Problèmes physiques: maux de ventre, de tête et de dos
  • Tristesse généralisée ou crises de sanglots
  • Décrivent leur situation comme étant “sans espoir”
  • Agressivité verbale et physique
  • Perte d’intérêt pour l’hygiène personnelle
  • Toxicomanie

CONSEILS:

  • Il peut être difficile de trouver le meilleur moment pour parler à votre adolescent. Une des façons d’aborder sa santé mentale est de détourner l’attention portée sur lui et de parler d’une autre personne qui se trouve dans une situation semblable.
  • La voie du divertissement est une excellente façon de susciter une conservation à propos de la santé mentale, qu’il s’agisse d’un film, d’une vidéo sur YouTube ou d’une émission de télévision.
  • Découvrez d’autres façons de trouver la meilleure occasion pour parler à votre adolescent, grâce à la campagne canadienne “Présent pour toi”.
  • Il existe de nombreux centres de crises, ouverts 24h sur 24, pour vous ou votre adolescent. Pour les connaître, visitez le site de l’Association canadienne pour la prévention du suicide.

 

2) Lutter contre l’intimidation

L’intimidation est un problème important chez les adolescents canadiens, particulièrement à l’ère des médias sociaux. Selon les Instituts de recherche en santé du Canada, au moins un adolescent sur trois raconte avoir récemment été victime d’intimidation.

L’intimidation peut entraîner des effets dévastateurs, dont:

  • La dépression
  • L’anxiété
  • Une mauvaise performance scolaire
  • L’absentéisme scolaire

CONSEILS:

  • Si vous croyez que votre adolescent est victime d’intimidation, vous devriez l’encourager à en parler. Offrez votre soutien, soyez à l’écoute et assurez-vous de communiquer avec ses professeurs si vous soupçonnez de l’intimidation. La plupart des établissements d’enseignement ont des politiques de lutte contre l’intimidation.
  • En cas de cyberintimidation, assurez-vous de garder un historique des courriels, du clavardage, des publications sur les réseaux sociaux ainsi que des textos. Un tel dossier peut servir de preuve à présenter aux professeurs et au directeur d’école de votre adolescent ou même à la police, au besoin.
  • Prevnet offre d’autres ressources pour vous aider à comprendre l’intimidation et décrit des façons de soutenir votre ado.

 

3) Parler de santé sexuelle

Un peu plus du quart des adolescents canadiens sont actifs sexuellement: une récente étude (en anglais) a démontré que 30 pour cent des adolescents canadiens âgés de 15 à 17 ans étaient actifs sexuellement. Qu’il s’agisse de connaître les risques d’infections transmissibles sexuellement (ITS) ou les dangers liés au “sextage”, il est important que votre ado ait accès à des ressources afin de se protéger à l’aide de pratiques sexuelles sécuritaires.

La plupart des écoles offrent des programmes d’éducation sexuelle, mais comme parent, il est tout aussi important de faire comprendre à votre adolescent qu’il peut compter sur vous pour du soutien. La même étude démontre qu’un dialogue ouvert entre parents et adolescents peut avoir une influence très positive sur leur comportement sexuel et leurs relations intimes à long terme.

CONSEILS:

  • Lorsque vous discutez de santé sexuelle avec votre ado, soyez honnête, direct et sans jugement (en anglais) et prenez toujours son point de vue en compte.
  • Parlez de la pression des pairs, qu’elle provienne du petit ami, de la petite amie ou du groupe d’amis. Expliquez à votre ado qu’il n’a nullement l’obligation de prendre une décision avec laquelle il n’est pas à l’aise. Ayez également un échange à propos de l’alcool et des drogues et comment ceux-ci peuvent affecter le jugement, réduire les inhibitions et mener à des comportements à risque.
  • Consultez le guide de la Clinique Mayo (en anglais) pour découvrir d’autres conseils pour vous adresser à votre ado lors de conversations difficiles.
  • La Société canadienne de pédiatrie offre également un site très utile comprenant une section complète sur la santé des ados et d’autres informations pour les parents.

______

Dites Bonjour à Wello

Vous n’êtes pas certain de savoir comment entamer une conversation difficile avec votre ado ou vous souhaitez rafraîchir vos connaissances sur les risques pour la santé des adolescents? Les infirmières praticiennes de Wello offrent des conseils bienveillants, confidentiels et sans jugement et vous aideront volontiers à vous préparer pour des conversations délicates. Elles peuvent également diriger votre ado vers un psychologue pour de l’encadrement et collaborer avec votre médecin de famille afin d’aborder tout problème auquel il pourrait être confronté.

Vous pouvez prendre un rendez-vous en écrivant à bonjour@wello.ca ou branchez-vous au portail des patients au www.wello.ca afin d’échanger des messages sécurisés avec une infirmière praticienne spécialisée de Wello.

Pour les dernières nouvelles de Wello, vous pouvez également nous suivre sur Facebook et Twitter.